Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 février 2009 4 12 /02 /février /2009 23:04
La première étape de mon voyage tire presque à sa fin. Je quitterai la Nouvelle Zélande demain matin pour Singapour. Ce sera une première pour moi qui n'ai encore jamais mis le pied en Asie.

Dernière journée à Auckland donc où j'en ai profité pour assister à un événement prestigieux que je risque de ne pas revoir souvent. C'est aujourd'hui en effet que débutait la grande finale du Louis Vuitton Pacific Series, une compétition internationale de grands voiliers de course. Les formule 1 de la voile en d'autres mots. 

Dans cette finale s'affrontent la Nouvelle Zélande et... la Suisse! Étonnant non? Pour un pays qui est plus connu pour ses montagnes que pour ses rivages! Le pire c'est que ce sont les suisses qui ont l'avantage après cette première journée. Ça doit être grâce au chocolat. :)

C'est assez impressionnant de les voir manoeuvrer... à la télévision. Car du long des quais on ne voit pas grand choses. Que des voiliers au loin et des hélicoptères qui les survolent. Je me suis donc installé au village, à la marina, d'où on peut voir les moindres détails sur écran géant.

Dans cette marina baignent d'ailleurs d'incroyables voiliers de milliardaires, la plupart enregistrés aux Îles Caymans. Si je ne m'abuse, je me souviens d'avoir lu que notre milliardaire québécois Guy Laliberté est lui même l'heureux propriétaire d'un de ces bijoux "caymanais".

Parlant de milliardaires, hier soir j'ai vu accosté au quai le paquebot de croisière Queen Victoria. Très impressionnant. Il y avait d'autres paquebots de croisière pas très loin et ils avaient l'air minuscules en comparaison. C'est le deuxième plus grand bateau de croisière sur cette planète. Je me souviens d'avoir déjà vu le Queen Mary 2 lors d'un passage à Québec. J'ai donc eu la chance de voir les deux plus grands paquebots de croisière au monde.

Ça m'a presque donné envie de partir en croisière un de ces jours, mais quand je serai plus vieux seulement. En voyant les passagers revenir vers le bateau j'ai remarqué qu'en plus de dégager une forte odeur de richesse, ils avaient une moyenne d'âge plutôt âgée. J'imagine que ça va ensemble, c'est-à-dire que c'est à cet âge qu'on profite de cette richesse? J'en ai par contre vu quatre plus jeunes et ils avaient des manies de gosses de milliardaires. Ils semblaient blasés en prenant un verre devant le bar Minus 5 dont je vous ai déjà parlé (le bar dans un congélateur), tout juste à côté du bateau. Disons qu'ils ne doivent pas s'amuser plus que ça dans ce type de croisière. Je vais me contenter de rester dans mon monde plus terre à terre de backpacker pour l'instant. :)

Dernier détail avant de quitter la Nouvelle Zélande et ses gens éminemment sympathiques (vraiment bien les kiwis, ils ont toujours de quoi d'intéressant à vous raconter et ils semblent content de vous avoir chez-eux). J'ai eu l'honneur de vivre un record de chaleur à Auckland hier. 32,4 degrés, du jamais vu depuis 1872 semble-t-il. À la une de tous les journaux d'aujourd'hui on voit un gros soleil et on parle de canicule insupportable (alors qu'il fait à peine un petit 20 degré avec un vent froid aujourd'hui). Le pire c'est que je ne m'en suis pas vraiment rendu compte hier. Il faisait chaud et humide comme il arrive souvent durant l'été à Montréal.

Si j'ai bien compris, 32 degré ce sera maintenant du quotidien pour moi durant les prochains mois. Je suis mieux de m'y habituer.

Je vous donne d'autres nouvelles lorsque j'aurai atteint l'orient.
 
Repost 0
11 février 2009 3 11 /02 /février /2009 00:22
Aujourd'hui, c'était jour de lessive et de détente au spa. Ce matin, après m'être fait une délicieuse omelette j'ai fait ma deuxième brassée de lavage depuis le début de mon voyage. C'est pas très compliqué : Comme je n'ai pas beaucoup de vêtements, je prend tout ce que j'ai, sauf ce que j'ai sur le dos, et ça me fait une brassée. 2$ pour la laveuse et 2$ pour la sécheuse et c'est prêt au bout de 90 minutes.

Pendant que ça spinnait, je me suis mis à réfléchir au concept de
courbe d'apprentissage. En quelques mots, disons que la première fois qu'on fait quelque chose ça peut sembler long et compliqué. Par contre, plus on le fait souvent, plus ça devient simple, rapide et routinier. Après presque trois semaines de ce voyage, il y a déjà plusieurs choses que j'ai faites à plus d'une occasion et qui me stressent de moins en moins. Deux lavages comme je le disais, 9 fois mes valises (je les ai compté), je ne sais plus combien d'épiceries et de préparations de repas, des réservations sur internet, des déplacements en autobus, etc.

Bref, ce voyage autour du monde me semble déjà beaucoup moins gros que ce que j'anticipais avant de partir. On finit par s'habituer assez facilement à cette vie et je commence à ralentir mon rythme un peu. Une certaine routine s'installe et je commence à me faire à l'idée que ce sera ça ma vie pour les prochains mois à venir, que ces endroits seront mon chez-moi.

Bien sûr, il y a tout plein de moments de doutes à travers ça mais j'ai compris que tout est une question d'état d'esprit dans lequel on veut bien se placer. Pour être honnête, je ne l'ai pas inventé. Je l'ai lu dans l'autobus sur une bouteille de jus, genre Gatorade, sur laquelle était écrit "
Focus! It's a state of mind. Michelangelo had it. Bruce Lee had it. Elvis lost it. Be sharp, get focus".

Il faut garder le focus pour apprécier vraiment ce genre de voyage. Je suis donc devenu un backpacker, un vrai et ça n'a rien à voir avec le genre de tourisme que j'ai pratiqué auparavant.

Encore moins avec le genre de tourisme pratiqué par certains japonais comme on en voit partout en voyage, peu importe le pays visité. 

Et j'ai compris que si je ne garde pas ce focus, je risque de trouver ça difficile par moment, regrettant de ne pas être confortablement assis devant la télé dans un hôtel 4 étoiles.

Donc, la routine de backpacker s'installe et j'apprend vite. Faire les courses, la lessive, préparer les repas, faire la vaisselle, lire un peu, me reposer et relaxer. Pas ou peu de télé par contre et j'avoue que l'absence d'actualité (surtout économique) ne me manque pas tant que ça.

Relaxer, c'est ce que j'ai fait cet après-midi en allant me tremper le corporel dans des bains d'eaux chaudes de 36 à 42 degrés et aux propriétés soit disant thérapeutiques (à cause du radium présent dans l'eau semble-t-il).
Ça fait surout du bien et ça m'a rappelé mon spa à la maison (sauf que dans mon spa, ça ne sent pas les oeufs pourris).

Pour tout vous dire, Rotorua où je me trouve est en fait construit en plein coeur d'une des zones d'activité volcanique la plus intense sur la planète. Il y a trois très gros volcans encore actifs dans les environs et tout partout on voit de la vapeur s'échapper de la terre comme s'il y avait le feu. Quand on s'approche un peu, on voit des cratères contenant de la boue en ébullition qui fait bloup bloup bloup à longueur de journée.

 

Ça sent le souffre un peu partout et cette activité produit des paysages colorés assez féériques. J'ai visité le site Wai-O-Tapu où on se trouve en plein coeur de cette activité. J'ai même vu un vrai geyser en pleine action pour la première fois de ma vie.  

Bref, je dors sur un volcan, plutôt agité d'ailleurs au cours du 20ème siècle (pas plus tard qu'en 1998 la dernière fois) et ce depuis quatre jours.

Relaxer, apprécier, prendre le temps de vivre - c'est ça le secret lorsqu'on veut dormir tranquille sur un volcan en ébullition. ;)

Demain je quitte pour retourner à Auckland, mon point de départ, pour mes deux dernières journées en Nouvelle Zélande. Je n'aurai pas tout vu mais j'aurai compris l'essentiel de ce pays. De plus, ça m'aura servi d'exercice de réchauffement en vue de l'Asie qui sera probablement un peu plus difficile... du moins jusqu'à ce que j'apprenne à relaxer à force de faire les mêmes choses.

Donc rendez-vous à Singapour pour la Saint-Valentin où je viens de réserver une chambre de backpackers pour quatre nuits.

À suivre...
 
Repost 0
6 février 2009 5 06 /02 /février /2009 04:06

En ce jour de Waitangi (voir mon article d’hier), il est de bon ton que j’apprenne quelques mots en langue Maorie. Le plus simple c’est kia Ora car beaucoup de gens l’utilisent quotidiennement. Ça veut dire allô, bonjour, bienvenue, bien à toi ou encore merci. En fait, c’est la même chose qu’haloha pour les hawaiiens ou que prego pour les italiens.

Il y a le
haka que plusieurs d’entre vous connaissez peut-être, une danse tribale Maorie que font aussi les joueurs de rugby néo-zélandais lorsqu’ils sont contents. Il y a aussi tane qui veut dire monsieur (car c’est ça qui est écrit sur les toilettes des hommes).

Et Kaikoura ça veut dire nourriture (
kai) et langouste (koura). C’est surtout le nom du petit village où je me trouve actuellement. Un magnifique endroit où des montagnes de plus de 1 600 mètres (c'est à dire deux fois la hauteur du Mont Tremblant) se jettent directement dans le Pacifique. Selon une ancienne légende, un jour un grand chef Maori parti vers le sud à la recherché de trois de ses épouses qui s’étaient enfuies s’arrêta ici pour manger des langoustes. Faut pas chercher plus loin l’explication.

Kaikoura est surtout connu pour ses baleines et autres mammifères marins. Car dans la mer devant Kaikoura, il y a un immense canyon sous-marin qui fait plusieurs kilomètres de profondeur et c’est un endroit de prédilection pour les baleines. Elles peuvent en effet plonger durant 90 minutes à des profondeurs incroyables à la recherché de nourriture et elles remontent ensuite à la surface pour une dizaine de minutes. En passant, saviez-vous qu’il existe deux sortes de baleines : celles avec des dents et celles pas de dents? Et saviez-vous que les dauphins sont les plus petites des baleines à dents? Pas moi, je viens de l’apprendre.

C’est donc ce que j’ai fait aujourd’hui, aller voir les baleines et, wow!!! Quel spectacle! En l’espace d’une heure j’ai eu la chance de voir six
grand cachalots  (sperm whales en anglais), dont les deux dernières en duo. C’est ce que j’ai envie de partager avec vous aujourd’hui dans cette petite vidéo.

Ka kite ano (au revoir).

 

Repost 0
5 février 2009 4 05 /02 /février /2009 04:43
Demain, vendredi le 6 février c'est jour de fête nationale en Nouvelle Zélande. C'est le Waitangi Day commémorant le jour où tous les chefs Maoris ont signé un traité de paix avec la reine d'Angleterre qui leur assurait sa bienveillance en retour. C'est dire aussi que tout sera fermé encore pour les trois prochains jours.

Ce soir, jeudi le 5, avait donc lieu le grand spectacle célébrant cette fête dans un magnifique parc de Christchurch. 100 000 personnes (dans une ville de 400 000) étaient sagement réunies pour écouter l'équivalent de notre spectacle de la St-jean.

Par contre, eux c'est de la musique classique qu'ils viennent écouter. En première partie, l'orchestre symphonique de Christchurch et son bouillant chef d'orchestre et maître de cérémonie nous a poussé des airs de Ravel. Vint ensuite une intermission de 15 minutes durant laquelle on nous projetait de la publicité sur écran géant. En deuxième partie, c'était le clou du spectacle : les très populaires Showbizz Christchurch que la foule a accueillie en délire. Il s'agit d'une troupe de comédie musicale composée d'une douzaine de chanteurs et chanteuses en paillettes qui nous ont interprété des airs... d'ABBA. Ils étaient bien sûr accompagnés de l'orchestre symphonique et c'était très joli. La foule s'est levé d'un bond quand a débuté Dancing Queen. Finalement à 10h nous avons eu droit aux feux d'artifice.

Ce fût donc mon premier bain de foule depuis mon arrivée en Nouvelle Zélande. C'était très bien contrôlé et la foule était très sage. Il y avait de longues files d'attentes aux comptoirs d'espresso. Pas vu de comptoir à bière par contre. Mais il faut dire que la plupart avaient amené leur propre bière ou vin et en profitaient pour pique-niquer dans le parc. C'est pas au parc Maisonneuve qu'on verrait ça (je veux dire, nous laisser entrer avec notre propre bière ou une bouteille de vin pour pique-niquer).


C'est l'heure du dodo maintenant car je dois prendre l'autobus à 7h00 demain matin. Direction Kaikoura où j'irai voir les baleines, les dauphins et les pingouins. Bonne nuit.
 
Repost 0
3 février 2009 2 03 /02 /février /2009 23:18
C'est fou comme les choses peuvent changer rapidement dans une seule journée. Par exemple, hier matin je me suis réveillé avec un léger mal de tête dans un hôtel du far-west, bâti au XIXe siècle en pleine ruée vers l'or. J'étais à Greymouth,  petite ville de quelques milliers d'habitants sur la côte ouest de l'Île du Sud.

 Dans cet ancien hôtel qui est devenu le Duke Backpackers, il y a un bar qui est probablement l'ancien saloon de la place. Ça ressemble encore d'ailleurs à un saloon et c'est là que j'ai pris ma première cuite néo-zélandaise. Enfin, si on peut appeler ça une cuite car le bar ouvrait à 8h00, le last call a eu lieu à 10h55 et la musique s'est éteinte à 11h00 pétant.

Pas le temps de prendre un coup trop fort comme on dit, sauf pour un jeune américain de l'Orégon qui a trouvé le moyen d'y arriver dans un temps record. Durant ces trois heures j'ai eu l'occasion de jaser avec un couple de Danois dans la soixantaine, avec un voyageur de commerce de Wellington qui a essayé de m'expliquer comment on joue au cricket (pas certain d'avoir tout compris...) ainsi qu'avec un pêcheur  en haute mer du coin manifestement alccolique qui est venu m'entretenir d'art et de littérature (pas certain là non plus d'avoir tout compris à travers l'accent incroyable et les vapeurs d'alccol à couper au couteau). Je vous jure que je n'invente rien.

Et tout ça en moins de trois heures car Dory, le propriétaire des lieux, Israélien, jeune quarantaine, veillait au grain. Je n'ai jamais vu quelqu'un aimer ses clients comme lui. Il connaissait tout le monde par son prénom, il était partout et s'occupait de tout à la perfection. Sa compagne Shoshy avait préparé de la soupe pour tout le monde au souper et il y avait de quoi déjeuner le lendemain matin... après avoir été accueilli chaleureusement par Dory au saut du lit, bien entendu. Et tout ça pour environ $40 canadiens. De plus, je me trouve à payer pour deux car j'avais une très confortable chambre double pour moi tout seul. J'y ai d'ailleurs merveilleusement dormi la fenêtre ouverte avec cet air frais des montagnes mélangé à celui de la mer pas très loin. Je ne vous ai pas dit non plus que je n'ai eu à payer qu'une bière sur deux et qu'il a refusé de prendre mon pourboire en m'expliquant que un, ce n'est pas courant les pourboires en Nouvelle Zélande et que deux, les gens qui viennent ici n'ont pas beaucoup d'argent et qu'il se sentirait mal de recevoir des pourboires. Sont drôles les Kiwis !

Donc, après cette épopée western j'ai pris le train TanzAlpine  qui traverse le pays d'ouest en est (et vice versa) en passant par les Alpes du Sud (vous savez, les grosses montagnes du Seigneur des anneaux?...). À couper le souffle ce voyage en train. Des paysages comme je n'en avais vu que dans les Alpes (les européennes) et au Yukon.

Il y a deux wagons ouverts, des decks (des deeks comme ils disent, ils disent aussi seeven pour 7 et meen pour men - ça vous donne une idée de l'accent) d'où l'on peut donc admirer le paysage de l'extérieur alors que le train est en mouvement. Le train passe aussi dans des tunnels (dont un de plus de 8 km) et des viaducs qui peuvent passer jusqu'à 200 pieds au-dessus des ravins. À faire absolument si vous passez dans le coin.

Ce train m'a donc amené ici à Christchurch, ville de 400 000 âmes sur la côte est. C'est très beau Christchurch, plus beau que Wellington et qu'Auckland à mon avis. Tranquille, comme tout le reste de la Nouvelle Zélande (comme mon frère qui est dejà venu ici me le fesais remarquer, imaginez passer vos vacances en Saskatchewan ou au Manitoba - des gens incroyablement sympathiques, des grands espaces et du plein air à profusion mais... tranquille). Mais pour une raison que j'ignore, c'est ici où je me suis senti le plus à l'aise en arrivant.

Faut dire que je me suis payé un petit luxe, soit un vrai hôtel, avec télé, air climatisé et tout et tout. Mais quel hôtel ! Un hôtel parfait selon mes critères. Bien sûr, je connais des gens qui n'aiment pas ce genre d'endroit mais moi c'est en plein le genre qui me convient.

Hyper moderne, design, genre hôtel boutique, des écrans plasmas tactiles, de l'éclairage halogène dont on peut changer la couleur d'ambiance, un système de réveil imitant le lever du soleil, des iMacs gratuits et l'accès wi-fi aussi, un petit resto pas cher et très "californien", une cuisinette, une buanderie, un gym, un sauna, etc... 

Bref l'hôtel du 21e siècle et tout ça pour un prix ridicule. Je me suis payé le luxe de la chambre à 104$NZ (environ $69 canadiens) et la chambre simple commence à 69$NZ. Je ne comprend pas comment ils font pour arriver à ce prix là. Faut dire qu'il n'y a pas de portier, ni de valet, qu'ils ne font le ménage que si on leur demande, etc. Bref, si ça vous intéresse vous pouvez en savoir plus
ici. Le seul petit hic est que je suis tombé sur l'étage... rose.

Tout ça dans la même journée. De la ruée vers l'or à l'odyssée de l'espace en quelques heures.

De plus, vous allez peut-être être étonné mais je me suis payé mon premier souper au resto depuis mon arrivée hier soir. Hé oui, sauf le premier soir où je me suis acheté des sushis à emporter, j'ai fait les courses et je me suis fait de très bons soupers à tous les soirs dans les cuisines des backpackers où j'ai dormi. Aucun fast food non plus depuis mon arrivée même s'il en pleut ici. Zéro, nada, niet. Je traîne avec moi mon litre de jus d'orange et des bananes pour le matin, une petite bouteille d'huile d'olive, du riz et ma bouteille de vin pour le souper et j'achète le reste au fur et à mesure. Hier soir donc ce fût pizza au
Winnie Bagoes  à Christchurch. Une pizza au poulet mexicain mariné à la téquilla et à la lime, rien de moins que... parfaite. J'aime bien Christchurch je vous dis.

Un petit mot en terminant sur Wellington d'où je vous écrivais la dernière fois. Vous vous souvenez, je m'apprêtais à faire une visite Lord of the Ring? Hé bien, pour faire une histoire courte, j'ai fait un... trois-quarts-de-visite LOTR. Il y a eu de la confusion dans la réservation et ils ne sont venu me chercher que 45 minutes plus tard, manquant ainsi la première partie du tour. La bonne nouvelle c'est qu'ils m'ont remboursé et que j'ai eu droit à un tour gratuit. Maintenant, je n'ai pas manqué grand chose car tout ce qu'on voit ce sont des arbres, un bout de parc et une carrière de roches. Bien sûr, l'animateur nous montre des photos et nous explique qu'ici il y avait un décor, là un cheval, que tout le reste a été ajouté à l'ordinateur par dessus et ainsi de suite.

Bref ça prend beaucoup d'imagination pour voir Isengard et sa forteresse au milieu d'un parc comme le parc Maisonneuve. Pas évident de voir le Gouffre de Helm au milieu d'un "pit de roche". Par contre ce fût plus simple de voir Fondcombe (Rivendell en anglais) à travers quelques branches d'arbre car il y restait encore une elfe sur les lieux. 

Après ce tour je me suis retrouvé en compagnie de quelques millliers de personnes dans le jardin botanique de Wellington à écouter un groupe local jouant des airs jazzés et funkys dans un décor enchanteur, semi jardin de roses et semi forêt tropicale humide. Le spectacle débutait à 8h30 et je m'étais apporté un petit gueuleton et le reste de ma bouteille de vin pour un pique-nique en plein air par une belle soirée d'été. La musique était très bonne, l'ambiance était à la fête, tout était parfait... jusqu'à 9h15 où l'annonceur maison est venu nous dire qu'il était maintenant temps de quitter le jardin botanique avant sa fermeture. Belle soirée, mais courte encore une fois.

Le lendemain aux aurores je prenais le traversier pour l'Ïle du Sud. Tout d'un coup, en attendant mon café Long Black j'entend derrière moi "Hey Pierre, what are you doing here?". C'était Craig et Alex, vous vous souvenez le jeune couple de British qui m'avaient donné du poisson à Auckland le deuxième soir de mon arrivée? Le plus drôle c'est que je les ai croisé de nouveau le lendemain dans une épicerie de Nelson où j'ai passé une nuit. Il y a d'ailleurs plusieurs personnes que j'ai vu à plus d'une occasion depuis mon départ, soit dans l'autobus ou dans un backpacker. Le monde est petit. Même lorsqu'on est à l'autre bout du monde.

À part ça, pas grand chose sinon que l'école est recommencée depuis lundi. Bonne rentrée.
 
Repost 0
29 janvier 2009 4 29 /01 /janvier /2009 21:00

Déjà une semaine que je suis en Nouvelle Zélande. Je suis maintenant rendu à Wellington  depuis deux jours. J’ai eu aussi l’occasion de passer par New Plymouth sur la côte ouest avant d’arriver ici.
 

Rien à dire au sujet de New Plymouth. Vous avez déjà visité un centre d’achats lorsque tous les commerces sont fermés? Il y beau y avoir des palmiers et la mer, ça demeure un centre d’achats vide. De plus, contrairement à ce que je croyais, il n’y avait pas de plage et il était donc impossible de profiter de la mer de Tasmanie. J’ai donc abrégé mon séjour et décidé d’arriver un jour plus tôt à Wellington.
 

Près de New Plymouth il fallait voir le mont Egmont. Un volcan conique parfait avec de la neige au sommet, planté au bord de la mer dans un environnement plat. On ne peut pas le manquer. La Nouvelle Zélande n'est d’ailleurs qu'une immense terre volcanique qui chevauche une des principales faille sismique de la planète.

Il y a d’ailleurs plusieurs volcans encore en activité et de nombreux tremblements de terre ont eu lieu au cours du 20e siècle.

Wellington, c’est la capitale de la Nouvelle Zélande. Située à l’extrémité sud de l’Île du nord, c’est d’ici que je prendrai le traversier dimanche pour gagner l’extrémité nord de l’Île du sud. Bref, c’est en plein centre du pays et c’est pourquoi c’en est la capitale. Comme la plupart des capitales que je connaisse, Wellington est plus opulente alors qu’Auckland, la métropole, est plus vibrante.

Wellington c’est aussi Wellywood car c’est ici qu’ont été produit des films comme King Kong et la célèbre série du Seigneur des anneaux. Je viens d’ailleurs de réserver un tour LOTR (Lord of the Ring) pour demain après-midi où je pourrai voir une quinzaine de sites de tournage du film. Si je croise Gollum, je l’embrasserai pour vous.

Wellington est surtout connue pour être la capitale mondiale des vents à cause de sa situation géographique dans le détroit qui sépare les deux îles. Il y vente toujours beaucoup (50-60 km/h), quand ce n’est pas énormément (jusqu’à 200 km/h). C’est donc un peu plus frais aussi.

Par contre il faut faire attention au soleil (partout en Nouvelle Zélande en fait) à cause du trou dans la couche d’ozone au dessus de l'Antarctique qui n’est qu’à quelques coups de rame d’ici. Il paraît que les Kiwis possèdent le triste record de cancers de la peau à cause de ce fameux trou.

Parlant de Kiwis, saviez-vous que le kiwi est un fruit au nom imprononçable importé de Chine dans les années 60? Les Kiwis (les néo-zélandais, pas l’oiseau sans ailes qui est presque disparu) l’ont donc rebaptisé kiwi pour des raisons commerciales. C’est fou tout ce qu’on apprend en voyageant.

Je ne vous apprend rien non plus si je vous dit que les Kiwis ont un accent particulier auquel il faut quelques jours à s’habituer. Ce que j’ai entendu de plus amusant à date c’est la façon qu’ils ont de prononcer www quand ils vous donnent une adresse web : il disent dub dub dub.

Les Kiwis sont blancs (pas le fruit, lui il est vert). Il n’y a pas de noirs ici. Je l’ai remarqué car j’en ai vu deux hier et ça m’a frappé comme quoi c’était les deux premiers que je croisais en une semaine.

Il y a bien sûr tout plein de Maoris, les indigènes locaux, omniprésents dans l’histoire, la culture et l’actualité locale. Leur langue est même reconnue comme officielle et l'affichage y est régulièrement en anglais et en maori. Donc, les Maoris sont plutôt blanc aussi. En fait, je dirais plutôt polynésiens. Certains ont le visage tatoué, une vieille tradition ancestrale. Il faut résister à la tentation de les dévisager lorsqu’on en croise un mais j’avoue que c’est spécial à voir dans la rue. 
Il y a finalement plein d’asiatiques (hé oui, dans tous les bons dépanneurs, ici aussi) mais eux aussi ne sont pas noirs, plutôt jaunes je dirais.
 

La seule chose qui soit noire ici c’est le café. Depuis une semaine, je n’ai pas bu un seul café filtre. Toujours de l’excellent café espresso, y compris dans les distributrices et les dépanneurs. Je bois mon Long Black tous les matins et c’est délicieux. Deux morceaux de robot aux Kiwis pour leur résistance face au café insipide.
 

Finalement, les Kiwis sont bizarre au volant. Pas parce qu’ils conduisent à gauche mais plutôt parce qu’ici c’est la voiture qui a priorité sur les piétons. C’est d’ailleurs écrit sur des panneaux demandant aux piétons de céder la priorité aux voitures. Il est donc préférable de traverser la rue aux intersections et d’attendre patiemment, comme le font tous les Kiwis sans exception, qu'apparaisse le petit bonhomme vert permettant de traverser. À chaque coin de rue il y a un gros bouton pour les piétons et un petit signal se fait entendre. Lorsque le bonhomme passe au vert, le signal s’accélère et comme ça tout le monde sait que c’est le temps de traverser. On s’y habitue.
 

C’est pas beau tout ça? Je me sentais l’âme d’un pédagogue aujourd’hui. Je suis comme ça parfois.
 

Je vous quitte car j’ai une soudaine envie de cinéma et j’en ai vu un au coin de la rue.
 

Au plaisir,


Repost 0
25 janvier 2009 7 25 /01 /janvier /2009 22:56


Je débute ma quatrième journée à Auckland et aujourd’hui (lundi) c’est jour de fête nationale. Je tape ces mots en attendant sur une terrasse le début des régates où des grands voiliers de course (une spécialité nationale ici) vont nous offrir un spectacle un peu plus tard. Disons que c’est le seul endroit où il y a un peu d’action à Auckland car tout est fermé ou presque depuis 16h00 samedi après-midi, y compris la plupart des cafés et des restaurants.


À première vue, il y a beaucoup de similarités avec l’Australie (rien d’étonnant me direz-vous?) que j’ai eu l'occasion de voir il y a 6 ans (j’y étais aussi, autre coïncidence, le jour de leur fête nationale) : Ça ressemble beaucoup à chez-nous sur tous les plans (architecture, société de consommation occidentale, etc.) sauf que tout est à l’envers. Ici c’est la fin juillet. Les gens doivent être en vacances et ont dû déserter la ville. À la télé on annonce les ventes retour à l’école. Bien sûr, tout se passe à gauche ici, y compris dans les escaliers roulants et sur les trottoirs. Hier, dimanche, il n’y avait que les concessionnaires automobiles d’ouvert !!! Le monde à l’envers je vous dis.

J'ai par contre fait la découverte étonnante du bar Minus 5. On vous fournit manteau d'hiver, bottes en mouton et chapeau avant d'entrer dans un congélateur où il y a des sculptures de glace. Ça m'a fait penser que ce sera bientôt le carnaval de Québec. 


Bref, on a affaire à une ville d’environ 1 million d’habitants plutôt tranquille où il ne se passe pas grand chose depuis deux jours et demie comme je le disais plus haut. J’ai eu l’impression vendredi d’être arrivé à Calgary. Hon! c’est pas fin pour Auckland ça... J’exagère. Disons plutôt Ottawa côté ambiance, propreté et sentiment de sécurité. Une ville qui ferme de bonne heure, comme on dit chez-nous.


Lorsque je suis arrivé vendredi il y avait des feux d’artifice dans la baie pour célébrer le week-end de la fête d’Auckland. Il n’y avait que quelques milliers de personnes sur les quais et le tout a duré un gros 10 minutes. Autre exemple : Hier avait lieu un festival de jazz dans le plus grand parc de la ville. Encore là, quelques centaines de badauds qui roupillaient sous les arbres par un magnifique après-midi d’été (j’ai déjà les bras “grillés en habitant”). On est loin des feux de Montréal et de son festival de jazz (et c’est là qu’on réalise qu’à part le climat, on est vraiment choyé à Montréal).


Parlant de Montréal, j’ai croisé ma première casquette du Canadien le jour de mon arrivée et ce matin, en passant devant le casino j’ai eu droit à un strident “On est ticitte Louise” qui n’a pas manqué d’écorcher mes oreilles.


Il est maintenant temps que je voie un peu de pays. Je suis allé acheter ce matin ma FlexiPass donnant droit à 50 heures d’autobus. Il existe ici toute une panoplie de formules pour voir le pays en autobus, du genre “Hop On, Hop Off” le long d’un circuit programmé d’avance. J’ai choisi cette formule car c’est la seule qui me permettait de composer mon propre itinéraire. Entendons nous bien, les autres formules (MagicBus, NakedBus, Hakatours, Kiwi Experience  et Stray) sont toutes excellentes mais elles sont surtout axées sur la nature et les grands espaces (trekking, kayak, rafting, bungee et j’en passe) car c’est ça qu’il y a à voir et à faire ici. Bref c’est plutôt fait pour intéresser les jeunes backpackers qui sont légion en Nouvelle Zélande. Je me contenterai d’un itinéraire plus tranquille compte tenu de mon âge vénérable.


Petite anecdote en parlant de backpackers : Je couche dans une auberge de jeuneusse (en fait ici on parle plutôt d’hostels ou de guest houses) et j’avoue que je suis plus un habitué des hôtels boutiques et des 4 étoiles et +. J’avais donc certaines appréhensions en entreprenant ce genre de périple. Bref, samedi soir je descend à l’espace commun pour lire un peu. Dans cet espace, il y a tout ce qu’il faut pour cuisiner et un couple de jeunes British, Craig et Alex, qui revenaient de la pêche en haute mer m’ont offert de partager leur prise du jour (un poisson dont le nom ressemble à karaoké si j’ai bien compris) avec un peu de riz. C’était tout simplement délicieux. J’avoue que ça m’a même un peu ému et si le reste de l’aventure est comme ça, je crois que je vais bien l’apprécier. J’ai beaucoup aimé leur petit commentaire disant qu’ils espèrent conserver ce goût de l’aventure lorsqu’ils auront atteint mon âge. Très sympathique comme feeling et comme façon de voyager.


Je pars demain matin pour New Plymouth afin de me tremper les orteils dans la mer de Tasmanie. Ensuite je poursuivrai ma route vers la capitale Wellington avant de traverser vers l’Île du sud  et ses incroyables paysages (c'est là où Le seigneur des anneaux a été tourné en grande partie).

Il se peut par contre que mes articles soient un peu espacés car, autre curiosité néo-zélanadaise, ils ne semblent pas connaître le concept du Free Wi-Fi ici et il faut donc payer au mégabyte. Je devrai donc faire attention à ma consommation d’Internet ces prochains jours.


On se reparle bientôt.


Repost 0
22 janvier 2009 4 22 /01 /janvier /2009 09:47
Je suis arrivé sain et sauf à Auckland à 6 heures ce vendredi matin (enfin, jeudi midi heure de Montréal puisqu'il faut rajouter 18 heures pour savoir quel jour et quelle heure il est ici). J'ai vu le soleil se lever sur la Nouvelle Zélande à l'aéroport.

C'est drôle à dire mais j'ai déjà la moitié de mon tour du monde de fait en une seule journée. Ça me prendra de 9 à 10 mois pour faire l'autre moitié par contre.


J'avoue que le vol est plutôt long pour se rendre jusqu'ici et que passer près de 24 heures dans les airs, ça fatigue un peu, beaucoup, sinon énormément. J'ai tout de même réussi à dormir environ 5 ou 6 heures irrégulières et plutôt inconfortables, mais après deux espressos bien tassés à l'arrivée, je me sens prêt à entreprendre ma première journée à l'autre bout de la planète.

Parlant d'avion, j'en ai profité pour écouter
Dans une galaxie près de chez-vous 2 en allant à Vancouver, histoire d'entendre parler Québécois une dernière fois avant longtemps. Aussi le très beau film, Vicky, Christina, Barcelona au dessus du Pacifique. J'ai revu l'espace de ce film tout mon voyage à Barcelone, un de mes plus grand coup de coeur à vie parmi les nombreux voyages que j'ai fait. Ça donne envie d'y retourner un de ces jours.

Ici c'est le coeur de l'été. J'ai même eu droit à mes premières sueurs de 2009.


Je saute donc dans la douche, j'enfile mes bermudas et mes sandales et je pars à la découverte de cette ville dont je vous reparlerai bientôt.

A+

Repost 0
21 janvier 2009 3 21 /01 /janvier /2009 11:41
Premier segment de vol réussi. Je suis arrivé à Vancouver et dans une heure j'embarque dans un autre avion pour les 14 prochaines heures. Je sens que la nuit va être longue.

Vite, un bon café bien fort avant de repartir.

À demain de l'autre bout du monde.


Repost 0
21 janvier 2009 3 21 /01 /janvier /2009 07:00
Dans quelques minutes j'embarquerai à bord d'un avion qui me mènera de Montréal à Vancouver pour pouvoir ensuite y attraper un vol d'Air New Zealand à destination d'Auckland. Arrivée prévue au royaume des kiwis à 6h00 vendredi le 23, soit midi jeudi le 22, heure de Montréal.

Après cette période intense de préparation, voici venu le temps de relaxer et d'en profiter pleinement. Je vais donc m'installer bien confortablement et débuter la lecture des
Piliers de la Terre  dont je me retiens depuis un certain temps d'en débuter la lecture. J'en ai pour plus de 1 000 pages à savourer ce roman qui me semble bien agréable à lire. J'aurai du temps de toute façon puisque je passerai les 22 prochaines heures en avion.

Je vous dis donc au-revoir à tous et on se reverra en novembre prochain. D'ici là, continuez à me suivre et écrivez-moi un petit commentaire ou un courriel de temps en temps. Ça me fera grand plaisir d'entendre parler de vous à l'occasion.

3... 2... 1... C'est un départ...

A+

 
Repost 0

moiFaire le tour du monde en sac à dos à 50 ans, c'est possible. Conseils, anecdotes et autres souvenirs de ce long voyage autour du monde réalisé en 2009 et des autres voyages qui ont suivi.

Pays déjà visités

Pays visités

40 pays (17%)

Derniers visiteurs

 actuellement en ligne

 

 visiteurs à ce jour

Carnets De Voyage